GUDEE     Groupe Unitaire
pour le Développement
des Écoles Européennes
Crise du système       UNE ÉCOLE EUROPÉENNE POUR L'EUROPE !  

 

 

Home
Faits et opinions
Revue du GUDEE
Calendrier
Bibliothèque
Le GUDEE en bref
Réunions du GUDEE
Liens utiles

        

Vous trouverez sur cette page tous les documents sur les actions en cours.

Up Crise du système Crise financière Futur des EE FAQ Forum Journée d'études États Généraux MEET Coin Presse Documents GUDEE

Sur cette page

School fees for Category III pupils
Luxembourg : No to the vertical split 
Strasbourg European School - Full after only two years?
La Commission et les chiffres concernant la capacité des écoles européennes
En finir avec Harpagon, directeur d'école …
Belgium : Unsustainability of a restrictive enrollment policy 
Durée de l'année scolaire 

School fees for Category III pupils

It looks like the Board of Governors is recommending the one shot increase for Category III to already start in September 2013.

Two schemes are proposed :

bulletEither
increase of the fee to be at 55% of the of the overall average costs per pupil in the European School system and to continue after this ‘one shot’ increase with the annual increase equivalent to the inflation rate;
or
bulletforesee a banded range for a one-shot-increase ranging from a minimum of 10 % to a maximum of 30% followed by a constant yearly increase of 2% over the percentage of the inflation rate;

In either case the category III school fees shall not exceed a ceiling of 70% of the overall average costs (around 11 K€) per pupil in the European School system.

Basically, big hike first and then only inflation... or slightly less at the start but then 2% over inflation.. but regardless of which slow death they chose, once Category III start to leave, that will have the same effect the last hike had : actually decreasing the revenue of the Schools.

This will have two effects :

a) kill the European Schools that are dependant from this revenue (mostly JRC schools)
b) discourage Contract Agents or Temporaries to put their children into the EE because at the end of their contract, they are considered as Category III.

These two effects are desirable for the Board of Governors, because reducing the number of schools and the number of pupils will help to reduce costs. The next step is of course to ask for a 'small' (at first) contribution from Category I pupils.

Luxembourg : No to the vertical split 

European School Discrimination Hearing, 12 November

On 12 November 2012, the European School Non-Discrimination Campaign (ESNDC) will present a case to the European School Complaints Board alleging discrimination against European School II (Luxembourg) parents on grounds of language, nationality, ethnicity,  and property status.

Are you a parent of a child (or children) who has been assigned to the European School II in Mamer? Has this had a negative impact on your life or that of your child/children?

If so, we would like to hear from you by Wednesday 7 November. We are looking for a brief, 1-page statement of the problems you are experiencing. These are some that have been raised:

(1)       Additional time spent commuting children to and from school.

(2)          Income lost due to the need to work less hours as a result of the longer commutes.

(3)       Tiredness of children due to longer commutes and the need to get up earlier.

(4)          Loss of contact with teachers and educators.

(5)          Inability to accompany younger children to extra-curricular activities.

(6)       The cost of additional transport, often not re-imbursed.

(7)          Concerns about the safety of children travelling unaccompanied by rail and bus.

(8)       Loss of language options and of other subject options.

(9)          Safety and suitability of the school premises at Mamer - lack of enclosure, exposure to car parks, multiple flights of steps (externally and internally) and the clinical, anonymous feel, particularly for young children.

(10)       Inability to live close to the school due to inflated property prices.

(11)       The discovery that moving closer to Mamer does not solve the problem, but makes it worse. EU workers now find themselves with less cash, stuck in the worst peak-hour traffic they have ever experienced and still having no contact with the school.

(12)       For parents forced by the Mamer issue to withdraw their children from the European School system - difficulties integrating with the national systems, cost of private school or crèche, loss of right to education in one’s national language.

(13)       Absence of free alternatives for children who do not speak French or German.

(14)       Concerns about noise, traffic, disruption and real property devaluation that will be caused by the huge housing development planned behind the school (http://www.mamer.lu/pag).

The ESNDC is demanding a reorganisation of the schooling structure that treats all EU workers and their children equally, regardless of nationality or residential address. Common sense, equality and environmental concerns dictate that all crèche, maternelle and primary school facilities should be located in Kirchberg. The Mamer site should be reserved for all secondary school children, who require less supervision and private transport. This will also ensure a better range of language and subject options. To send your 1-page statement on how being assigned to the European School II in Mamer has prejudiced you, please contact:

ESNDC administration:     info@europeanschooluxembourg2.eu

Website: http://europeanschooluxembourg2.eu 

The ESNDC have confirmed that the group is preparing to take the matter to the European Court of Human Rights in Strasbourg, should this become necessary.

Recours pour discrimination devant la Chambre de Recours des Ecoles Européennes

Le 12 Novembre 2012, la Campagne de Non-Discrimination des Ecoles Européennes (ESNDC) va soumettre son cas à la Chambre de Recours des Ecoles Européennes alléguant une discrimination contre des parents de l’École européenne II (Luxembourg) fondée sur la langue, la nationalité, l'origine ethnique et propriété.

Êtes-vous un parent d'un enfant (ou d'enfants) qui a été attribué à l'Ecole européenne II à Mamer? Cela a-t-il eu un impact négatif sur votre vie ou celle de votre / vos enfants?

Si c'est le cas, nous aimerions avoir vos nouvelles au plus tard le mercredi 7 Novembre. Nous sommes à la recherche d'une brève exposé des problèmes que vous rencontrez. Voici quelques-uns qui ont été soulevées:

(1) Un temps supplémentaire passé dans les trajets des enfants pour aller à l'école.
(2) La perte de revenu due à la nécessité de travailler moins d'heures en raison des déplacements plus longs.
(3) La fatigue des enfants en raison de longs trajets et la nécessité de se lever plus tôt.
(4) Perte de contact avec les enseignants et les éducateurs.
(5) L'incapacité d'accompagner les jeunes enfants à des activités parascolaires.
(6) Les frais de transport supplémentaires, souvent non-remboursés.
(7) La sécurité des enfants qui voyagent non-accompagnés par train et par autobus.
(8) Perte d'options de langue et d'options autres matières.
(9) Sécurité des locaux scolaires à Mamer - l'absence de toute clôture, proximité des parkings non-clos, des escaliers multiples  (externe et interne) et l’environnement anonyme, en particulier pour les jeunes enfants.
(10) L'incapacité de vivre près de l'école en raison des prix excessives de l'immobilier.
(11) La découverte que se rapprocher à Mamer ne résout pas le problème, mais le rend pire. Les travailleurs de l'UE se retrouvent maintenant avec moins d'argent, coincés dans les heures de pointe dans le pire trafic qu'ils ont connu et n'ont toujours pas de contact avec l'école.
(12) Pour les parents contraints par la question Mamer, de retirer leurs enfants du système scolaire européen - les difficultés d'intégration avec les systèmes nationaux, le coût de l'école privée ou garderie, la perte du droit à l'éducation dans leur langue nationale.
(13) L'absence de solutions alternatives pour les enfants qui ne parlent pas le français ou l'allemand.
(14) Préoccupations concernant le bruit, la circulation, la perturbation et la dévaluation des biens immobiliers qui seront causés par la construction de logements énorme, prévu au derrière de l'école (http://www.mamer.lu/pag).

Le ESNDC exige une réorganisation de la structure de l'enseignement qui traite tous les travailleurs de l'UE et leurs enfants de la même façon, indépendamment de la nationalité ou de l'adresse résidentielle.

Le bon sens, l'égalité et les préoccupations concernant l'environnement exigent que toutes les installations -  crèche,  école maternelle et primaire doivent être situées au Kirchberg. Le site de Mamer devrait être réservé pour tous les élèves du secondaire, qui ont moins de besoin de supervision et de transport privé. Cela permettra également d'assurer une meilleure disponibilité pour le choix de la langue et d’autres options scolaires. Pour envoyer votre déclaration ( 1-page maximum ) sur comment le fait d'être affecté à Mamer, vous a porté préjudice, veuillez s'il vous plait contacter:

ESNDC administration: info@europeanschooluxembourg2.eu
Site Web: http://europeanschooluxembourg2.eu

Le ESNDC confirme que le groupe se prépare à porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg, si ça s'avérait nécessaire.

The European School Non-Discrimination Campaign (ESNDC) consists of a large and growing number of parents of the school, and their supporters, who have decided to take action to challenge the discrimination caused by the vertical split. We insist that the school be divided on a horizontal basis, so that all maternelle and primary children and their parents will benefit from early schooling close to the place of work of the majority of those parents, regardless of their language, nationality or property status.

We insist that the Mamer site be reserved for secondary school children, again on a non-discriminatory basis, as they can travel unaccompanied by public transport, thereby preventing the commuting hell that is planned for Lux II parents who have young children. The economy of scale will also allow for a better transport system for those secondary students and a greater range of language sections and subjects offered, thereby reducing the discrimination suffered by SWALS (students without a language section).

The reversal of the decision to vertically split the school will also prevent the major disruption to the functioning of the institutions that will result from the current plans.

The ESNDC is meeting with the Luxembourg Ombudswoman for Children's Rights Tuesday 22 May and we will submit a concise legal opinion concerning the discrimination issues drafted by the discrimination law specialist. We plan to go public with regard to this submission.

We are preparing the ground to take a class action to defend our fundamental right to be treated equally and we are looking to the unions of the institutions for their support.

Contact : European School Non-Discrimination Campaign Tel. 4303 2696

Press release 22/05/2012

Annexes

(1) Original submission setting out the details of the discrimination directed at the parents and children of the Lux II European School.

(2) An update of the situation after some weeks of campaigning (An inconvenient truth).

(3) The response of Viviane Reding's office to the original submission.

(4) A letter from the archives of the school parent's association which, at the second bullet point, predicts the discrimination that would be caused by the vertical split of the European School.

(5) The vertical model is dead, long live the horizontal model

(6) Answer of M. Morrica to the letter dated 27 April 2012

Strasbourg European School - Full after only two years?

On 12 July Amicale Education has sent a letter to all involved persons to ask them to take action to allow the school a genuine opportunity to grow. The fact is that over 350 children did not get a place at the European school for next year and won’t be able to get the education the Council of Europe has fought so hard to bring to Strasbourg.

How is it possible that the new school already lacks the resources it needs after only two years?

Letter to the SG.
Letter to Mayor.
Reply from the Direction des relations européennes et internationales et de la coopération.
Site définitif de l'école de Strasbourg

La Commission et les chiffres concernant la capacité des écoles européennes

La phase I des inscriptions aux écoles européennes a donné les résultats suivants :

European Schools in Brussels Ref : doc 2010-D-255-fr-1
Population forecast
Schools Projected population by Sept 2010 Population resulting from enrolments Phase I Maximum Capacity* Design capacity*
I Uccle 3.154 3.258 3.100 2.500
II Woluwe 3.124 3.192 3.000 2.500
III Ixelles 2.925 2.982 2.800 2.500
IV Berkendael** 805 819 1.000 1.000
Estimate for Sept. 2010 10.008 10.251 9.900 8.500
Estimate for Sept. 2011 10.395
* according to doc 2006-D-69-fr-1
** with building B66

En attendant, les travaux à Laeken avancent officiellement comme prévu, pour une livraison à la rentrée 2012, mais à voir la réalité sur le terrain, on peut légitimement être inquiet.

Un tour de passe-passe inadmissible !

Pour résoudre le problème, on a trouvé un tour de passe-passe. Un document circule de façon confidentielle pour approuver subrepticement par procédure écrite de nouveaux chiffres qui représenteraient la capacité nominale des écoles.

Ref : doc 2010-LD-475
Capacité proposée pour les EE de Bruxelles
I Uccle 3.100
II Woluwe 2.850
III Ixelles 2.650
IV Laeken 2.800
Total 11.400

Avec un aplomb effarant, le document précise que ces chiffres représentent "une référence pour un fonctionnement normal des écoles dans les infrastructures existantes ... et donc un objectif à atteindre à moyen terme..."

Rappelons, pour bien comprendre, que Laeken a été officiellement défini par un programme qui prévoit une capacité nominale de 2 500 élèves et que d'un trait de plume, sans du tout prévoir le moindre aménagement supplémentaire, on rajoute arbitrairement 300 places. Rappelons qu'à 3 100 élèves, Uccle explose littéralement. Rappelons que Woluwe a subi plusieurs augmentations du nombre de salles de classe, portant la capacité à 2 500 élèves, mais sans changer d'un iota les infrastructures communes prévues à l'origine pour 2 100 élèves (sauf le rajout de la salle polyvalente) et que les cars de transport occupent toujours la cour de récréation. 

En réalité, la Commission modifie les chiffres pour coller à la population prévisible, afin de la déclarer normale, se réservant d'ailleurs explicitement la possibilité de dépasser cet objectif à moyen terme. A nouveau, la Commission semble faire fi des conditions de scolarisation de  nos enfants.

Nous demandons le retrait immédiat du document soumis par procédure écrite au Conseil Supérieur et la présentation d'un nouveau document plus conforme à la réalité des capacités d'accueil de nos écoles.

Dernières nouvelles : le Conseil supérieur a accepté le document de travail, se disqualifiant ainsi un peu plus.

En finir avec Harpagon, directeur d'école … 

La Direction générale de la Commission en charge des Écoles Européennes est la DG HR, ce qui dit tout : les écoles sont vues comme un avantage social, un accessoire aux conditions salariales, donc par définition, un coût à maîtriser et à réduire comme toutes les autres composantes des frais de personnel, du moins dans la logique actuelle, qui est imposée par le Collège à cette DG.

Illustrons ce point. Le Conseil supérieur des Écoles Européennes d'avril 2010 s'est déroulé sous le signe des restrictions budgétaires, avec deux incidents emblématiques.

La Commission a menacé de voter contre la décharge comptable parce que certaines écoles donnent des cours de langue I (maternelle) à des enfants de catégorie III alors que les règles sont de ne pas ouvrir de tels cours en l'absence d'élèves de droit. Les écoles ont présenté pour défense que la règle avait bien été respectée mais que les élèves de cat. I avaient ensuite quitté l'école et que les cours avaient été maintenus pour respecter la continuité pédagogique. Sans réussir à faire évoluer la Commission. Les écoles ont expliqué que si l'on supprimait ces cours, les enfants se retrouveraient sans langue I, la langue II devenant alors leur langue I, avec pour conséquence que les enfants seraient priés d'apprendre sur un claquement de doigt une nouvelle langue II au niveau de compétence requis à leur âge, chose impossible, tous le savent. Le Conseil Supérieur ayant quand même voté la décharge, sans exiger des écoles de cesser cette pratique, la Commission a agité la menace de représailles budgétaires.

L'European Air Transport Command est venu présenter sa demande d'accès de ses enfants à la catégorie I. L'EATC est un organisme créé dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune, donc intergouvernemental. C'est une caractéristique de nos États démocratiques d'ignorer totalement l'aspect social de leurs décisions quand ils créent un nouvel organe et donc bien sûr, aucune ligne budgétaire de l'EATC n'est prévue pour scolariser les enfants expatriés pour de courtes durées. La Commission a alors avec véhémence refusé d'accorder cet accès, à juste titre si l'on ne considère que l'aspect comptable : pourquoi le budget communautaire financerait-il un organe auquel ne participent que quelques États membres, même pour de faibles montants et même si cet organe ressort des coopérations renforcées prévues par le Traité de Lisbonne ? Le Conseil Supérieur a suivi cette opinion et a rejeté ce droit d'accès, laissant les enfants sans solution, sans même appeler les États participant à l'EATC a prévoir les ressources pour conclure un contrat de cat. II (solution boiteuse si l'on considère le texte standard de ces contrats qui ne garantissent même pas l'accès de tous les enfants de l'organe signataire, si l'on arrive au seuil de dédoublement de classes quoique tous payent plein tarif !)

Harpagon voulait marier sa fille pour faire une bonne affaire, sans se soucier de son bonheur. Dans ces deux cas, la Commission a agi comme Harpagon, en ne regardant que les aspects financiers* et en ignorant complètement l'aspect social de ses décisions. C'est ainsi que la raison d'être des écoles, donner une éducation européenne aux enfants de l'Europe, est détruite par une logique comptable de plus en plus myope.

Pour mettre les Écoles au service d'une vision européenne

Il est plus que temps de prendre conscience de l'opportunité que les écoles européennes offrent à la construction de l'Europe. Car en effet le modèle des écoles pourrait percoler beaucoup plus rapidement dans les systèmes nationaux ou se développer en tant que tel.

L'Europe, pour ne parler que de son économie, souffre en effet de freins à la mobilité de son marché du travail due en partie au manque criant d'une offre éducative adaptée aux familles des migrants internes et à une insuffisance de la connaissance des langues, deux domaines où ce modèle apporte une réponse éprouvée.

Ce modèle pourrait aussi apporter une solution rentable, grâce aux économies d'échelle, à la présence culturelle et économique de l'Europe dans les grands centres internationaux : actuellement, les États s'épuisent à maintenir leur propre offre éducative, souvent quantitativement et géographiquement inadéquate, dans les pays tiers alors qu'une synergie leur permettrait à budget constant de faire plus et mieux.

En bref, il faut réinjecter une vision politique dans l'éducation européenne, pour mieux l'intégrer aux objectifs généraux de l'UE. Le Parlement européen a déjà donné des signaux en ce sens que la Commission, forte de son pouvoir d'initiative, pourrait prendre pour base afin de construire un projet ambitieux.

 Voir le document de l'EATC

* Par contre, le Conseil Supérieur fait preuve de libéralité, quand il s'agit de l'argent des autres. C'est ainsi qu'il vient d'imposer à toutes les familles d'acheter un certain modèle coûteux de calculette pour le cours de mathématique et d'étendre cette obligation aux professeurs, à leurs frais, sous prétexte que leur salaire, sans doute exorbitant selon l'avis de tous les délégués, le leur permet. Bien entendu, le cas des chargés de cours, au salaire nettement plus modeste, a été totalement ignoré ! Le coût de l'opération sur quatre ans est quand même d'un million et demi d'euros.

Le Parlement Européen s'émeut des restrictions budgétaires sur le programme SEN

Unsustainability of a restrictive enrollment policy 

Pr Van Parijs has given an interview accusing the EE System of 'apartheid'. The use of this particular word is unfortunate but Van Parijs' opinion is nonetheless interesting.

In this interview, one can observe the unintended political consequences of the restrictive access policy to the big European Schools, decided for practical reasons by the Board of Governors.

Of course, one could reply that the Belgian authorities have themselves created the scarcity of places but this argument has probably no strength in the mind of all who are de facto excluded from this educational system. In the long run, this restrictive policy cannot be sustained : the public opinion pressure is building slowly but surely.

This rejoinder is further expanded upon in the recent issue #13 of GRASPE, in which there is another interview where Van Parijs explains and elaborates on his position. 

The European Commission has later answered to this rejoinder and Mr Van Parijs replied to the reply in GRASPE n°15, introducing an interesting perspective on opening Type II schools in Belgium. Other reactions can be read in the Courrier des lecteurs of the same web site.

Download the GRASPE 13 or 15 journal.

Durée de l'année scolaire

La durée officielle de l'année scolaire aux Écoles Européennes est de 180 jours. Les Parents ont entamé une action de longue haleine pour stopper la dérive des jours réels de scolarité qui tendait à diminuer année après année. Cela sans avoir l'espoir de faire coïncider l'année scolaire réelle avec sa durée théorique, en particulier à cause de l'organisation des épreuves du baccalauréat. 

Il n'est pas inutile, dans ce débat, de voir quelle est la situation dans d'autres pays. Des planches comparent la durée de l'année scolaire pour plusieurs pays du globe. Les résultats sont intéressants.

Voir le document du Conseil Supérieur sur ce sujet.

 

 [Top]

 

Page mise à jour le 27 décembre 2014