GUDEE     Groupe Unitaire
pour le Développement
des Écoles Européennes
Crise financière       UNE ÉCOLE EUROPÉENNE POUR L'EUROPE !  

 

 

Home
Faits et opinions
Revue du GUDEE
Calendrier
Bibliothèque
Le GUDEE en bref
Réunions du GUDEE
Liens utiles

        

La crise du financement des écoles européennes

Up Crise du système Crise financière Futur des EE FAQ Forum Journée d'études États Généraux MEET Coin Presse Documents GUDEE

Sur cette page
On this page

Budget 2012 voté par le Conseil supérieur : une première analyse

Manifestation contre les coupes budgétaires : photos, documents, réactions

Budgetary cuts to European schools

 

Budget 2012 Budget 2012 voté par le Conseil supérieur

Budget 2012 des écoles européennes

Le Conseil Supérieur a voté un budget 2012 qui respecte les contraintes signifiées par la Commission européenne, qui voulait plafonner sa contribution à 164 millions d’euro.

Ce tableau analyse l’évolution des budgets :

K € 2009 2010 2011 2012 2012   Variation en %
Evolution du budget des EE       Budget voté Budget soumis au CB  2010/2009  2011/2010  2012/2011
                 
Budget 258.897 274.609 281.999 282.502 285.372 6,07 2,69 0,18
Contribution communautaire 151.908 159.060 163.963 165.376 168.201 4,71 3,08 0,86
Nombre d'élèves (total) 21.645 22.377 22.779 23.622 23.622 3,38 1,80 3,70
Contribution UE par élève UE   11.444 11.488 10.975     0,38 -4,47

L’année 2012, côté besoins, est une année exceptionnelle :

  1. deux écoles vont ouvrir en septembre 2012 (Bertrange/Mamer et Laeken), ce qui va induire une augmentation budgétaire conséquente quoique ces écoles fonctionnent déjà dans des sites provisoires.
  2. La population scolaire augmente de 843 élèves pour l'année scolaire 2010-11, soit 3,7%
  3. Des dépenses de personnel dans trois écoles (Alicante, Francfort et Karlsruhe) découlent du départ de professeurs détachés qui ont droit notamment à des primes de déménagement

Le budget 2012 serait donc en augmentation naturelle si des mesures d’économies n’avaient pas été prises.

Ces économies sont supportées inégalement par les écoles :

Budget des écoles 2011 2012 Variation
K€     %
Alicante 13.676 14.190 3,76
Bru I 35.006 34.018 -2,82
Bru II 33.493 33.459 -0,10
Bru III 31.833 31.277 -1,75
Bru IV 8.870 11.727 32,21
Bergen 9.252 8.209 -11,27
Culham 9.780 8.898 -9,02
Francfort 11.938 12.725 6,59
Karlsruhe 12.538 13.147 4,86
Lux I 41.325 35.636 -13,77
Lux II 8.246 15.881 92,59
Mol 12.761 11.732 -8,06
Munich 24.140 24.183 0,18
Varese 19.945 18.657 -6,46
Bureau du SG 9.196 8.763 -4,71
Total 281.999 282.502 0,18

Les deux nouvelles écoles de Bruxelles IV et de Luxembourg II enregistrent l’augmentation la plus importante, ce qui résulte de leur déménagement dans leur site définitif. Les écoles de Bergen, Culham (en voie de fermeture), Mol, et Varese enregistrent une diminution très sensible. Luxembourg I diminue également de 14% mais le départ du site de Luxembourg II va entraîner quelques économies. Il faut cependant noter que l’augmentation du nombre d’enfants concerne essentiellement les sites de Luxembourg et de Bruxelles (658 élèves, principalement de catégorie I)

Les dépenses du Secrétariat général diminuent également mais de façon beaucoup plus modeste (5%) que celles des écoles citées, montrant ainsi le choix politique fait : couper dans les dépenses pédagogiques plutôt que dans les dépenses administratives.

Car, parmi les budgets pédagogiques les plus impactés, on note :

  1. une diminution de 17,5% du budget pour le soutien aux enfants SEN (enfants à besoin spécial)
  2. une diminution de 6,62% du budget informatique sans qu’il soit clair si cette réduction concerne le matériel et le soutien pédagogique ou les applications administratives centrales.
  3. L’offre des cours à option se voit diminuée (en augmentant le nombre d’enfants requis pour ouvrir un cours ou en diminuant les heures).
  4. Le support en langue maternelle SWALS pour les enfants de catégorie III est supprimé, confirmant ainsi une politique de discrimination des élèves selon leur origine sociale.

Ce budget, considéré en coût par élève, diminue bien de 4,5%. La Commission prétend que si l’on considère le montant total des budgets ou de sa contribution, il n’y a pas de coupes budgétaires mais cet argument est fallacieux car il suppose que les besoins sont constants. Or la population scolaire augmente, deux écoles s’ouvrent et la logique comptable qui consiste à limiter a priori une enveloppe budgétaire sans tenir compte de la réalité du terrain aboutit effectivement à faire payer la crise par les enfants.

Terminons enfin sur la bombe démographique que le système va avoir à gérer : à Bruxelles, la phase I des inscriptions a donné les résultats suivants :

Phase I des inscriptions 2011-12
Nouveaux inscrits hors cat III  
BRU I 300
BRU II 406
BRU III 383
BRU IV 213
Total :  1302

Avec ce budget, ça va pas le faire ! Il faut maintenant exiger un budget rectificatif durant l'été et un budget 2013 qui soit enfin basé sur la réalité des dépenses et sur un projet pédagogique en ligne avec la mission des écoles européennes.

Faites-nous part de vos réactions !

Documents

échange de lettres entre l'APEEE de Varese et le Conseil Supérieur concernant le dossier SEN

Malgré la météo et les tentatives de la DG HR pour décourager les participants,

La manifestation du 12 avril a été un franc succès

3000 participants à Bruxelles

1000 participants à Luxembourg

Des actions dans les autres lieux

Bruxelles : RTBF    Télébruxelles   some photos  Students protest

Luxembourg : Luxemburger Wort   L'essentiel

Bergen : video  Speeches

Frankfurt     

Karlsruhe

Après la manifestation, le Vice-Président Sefcovic a adressé au personnel de la Commission un message qui montre qu’il n’a pas encore bien compris le problème ni la détermination des parents. En gros, il nous dit "on a reçu quelques représentants de parents mais nous ne ferons rien/ne pouvons rien faire... mais on va continuer de vous écouter." Le message du Commissaire est étrangement silencieux sur la question de l'enveloppe budgétaire pour 2012 et des conséquences des prétendues réformes sur la qualité pédagogique des écoles. Il continue à nier qu'il y ait des coupes budgétaires. Il explique qu'il n'y aura pas d'impact sur les cours principaux. C'est vrai, mais il y en aura sur les options. Et oui, il peut réitérer sa détermination à rappeler les Etats membres à leurs obligations. Quand on connaît l'insuccès récent de la procédure juridique lancée par la Commission, il peut continuer longtemps à réitérer sa détermination...

Restons vigilants, ne baissons pas la garde. Jusqu'à ce matin, les Autorités niaient même qu'il y ait un problème. Cet après-midi, tout le monde reconnaît qu'il y en a un. Au Parlement européen, la délégation a été reçue par la Présidente de la Commission "Pétitions", Mme Mazzone. Elle s'est engagée à faire parvenir la pétition dans l'enceinte adéquate, notamment la "Commission Culture", en suivant la procédure prévue au sein du Parlement.

Il est absolument essentiel de ne pas laisser tomber nos efforts et poursuivre avec encore plus de détermination ! Nous n’obtiendrons de vrais résultats qu’en maintenant la pression !

 

Voir les premières réactions au courriel de Maroš ŠEFČOVIČ

Faites-nous part de vos réactions !

From: EC INTERNAL COMMUNICATION
Sent: Tuesday, April 12, 2011 2:51 PM
Subject: EUROPEAN SCHOOLS: MESSAGE FROM VICE-PRESIDENT ŠEFČOVIČ
EN Version: FR and DE to follow shortly.

Dear Colleagues,

I am aware of the concerns expressed by a number of parents regarding the situation of European Schools and in particular budgetary matters.

Today I had a meeting with staff and parents' representatives. We had a constructive exchange on a wide range of issues.

European schools constitute an essential element of the attractiveness of EU institutions, as well as a unique model of European education.

In recent years, the overall budget of European schools has increased significantly, and more than the evolution of administrative expenditure (heading 5). In 2011, the EU contribution increased by 6.5%.

We all agreed that some reforms and savings have to be found in order to ensure the long-term sustainability of European Schools. You know very well that we are now under strong budgetary constraints. Some proposals are currently under discussion in the Governing Board of the schools. They are only about internal organisation and rationalisation of courses. I can assure you that they will not in any way affect the core curriculum.

We also agreed that beyond the very substantial contribution of the EU Budget (around 60% of the total budget), Member States must play their full role concerning the financing of school infrastructure and the secondment of teachers. I reiterated my determination to keep reminding Member States of their obligations.

Finally, we had a good discussion on the governance of the European schools system and I indicated that the Commission remains open to further suggestions to improve the current model.

You can rely on the commitment of the Commission to defend European schools.

Best regards,

Maroš ŠEFČOVIČ
Vice-President of the European Commission in charge of
INTER-INSTITUTIONAL RELATIONS AND ADMINISTRATION
BERL 11/30; Rue de la Loi 200;
1049 Brussels, Belgium

Interparents speech at the Board of Governors 12 April 2011

Today, Interparents does not sit in the Board of Governors alone. Today, every parent sits in this room with us. Every parent and future parent, with their child, or children, attending a European school, is in this room alongside us, watching to see what you decide, to see what sort of schooling they are going to have when they come in September 2011. Will there be enough of their classmates choosing Chemistry in French to ensure that it will be a Baccalaureate option? Will that long awaited maths teacher finally be seconded? Will there be too many pupils so they have to split the class or not enough pupils that they have to merge classes? Will their child continue to be considered a SEN pupil and get the 'special educational needs' support they require? How many periods of learning support will there be? Will their child get a place at a European school, and if so, will it be the one near home?

Today, Interparents does not only sit here. We also stand alongside every parent outside this meeting room, whether protesting, here or their school, or signing a petition or in an extraordinary general assembly. Today, Interparents speak simultaneously with one voice and many languages to ask you to VOTE NO to:

- minimum 7 pupils for any year

- redefining the needs of SEN pupils and ONL, SWALS, learning support and rattrapage

- a fixed subsidy rather than a balancing contribution

- Category III pupils being treated differently once they are in school

- middle management periods being reduced and senior management posts suspended

Today, we are all watching you, the Board of Governors, representatives of every Member State of the European Union, to see what you decide for our children, our schools and the system as a whole not just for this year but for many years to come. Education cannot be switched on and off like a tap. An option not available this year, means that child's education is fundamentally changed. No special needs education might mean you have to leave the school. You are deciding on all this today without even having made an impact assessment or proposing alternatives to those pupils whose parents have chosen to come to work here, to work for one of the European institutions, to work towards a better Europe. You are deciding on all this today with no plan B, which could be fewer administrative meetings such as these for less representatives or a compromise solution with a planned transition, phase out or sunset clause.

Today, we are all watching you, Member States of the European Union represented, not only here but in other European Union bodies deciding on European schools and particularly the budget to be allocated, to see what your decisions will mean, first and foremost for those children already in the system and future ones.

Parents speaking with one voice and many languages ask you to rethink, with imagination and enthusiasm, ways to continue the noble idea which parents in 1953 had the imagination and enthusiasm to start, teachers to teach and Member States to enshrine in its own Convention four years later. I admire THAT Europe which, in the aftermath of two world wars, dared not only to dream but to actually implement radical ideas for educating young people to become Europeans and build the foundations of Europe together.

Let us start today a new partnership between parents, teachers and Member States and pursue with imagination and enthusiasm ways to continue, improve and expand our schools.

As Androulla Vassiliou said, speaking of the 2010 OECD report Education at a Glance, “It confirms the value – I would say the necessity – of investing in education, particularly during the economic downturn. Do not tell us that OUR Europe has not the same courage and vision as the founding fathers who over 50 years believed in children …

Educated side by side, untroubled from infancy by divisive prejudices, acquainted with all that is great and good in the different cultures, it will be borne in upon them as they mature that they belong together. Without ceasing to look to their own lands with love and pride, they will become in mind Europeans, schooled and ready to complete and consolidate the work of their fathers before them, to bring into being a united and thriving Europe.

I thank you, Interparents thank you, parents thank you, for your attention.

More info about Interparents    Interparents video

La déclaration commune :

Associations des parents d'élèves des écoles européennes // Comités du personnel des Institutions Européennes // Syndicats de la fonction publique européenne

Non aux coupes budgétaires dans les écoles européennes

Nous demandons:

Aux parents d'élèves :

• de signer une des pétitions en cours; (écoles : Uccle  Woluwe  Ixelles  Berkendael/Laeken )

• de se joindre à la manifestation prévue le 12 avril prochain à l'occasion de la réunion du Conseil supérieur à Bruxelles et/ou à toute autre action prévue sur les autres lieux d'implantation d'Ecoles Européennes.

Aux Ecoles Européennes

• de maintenir l’offre et la qualité d’enseignement en garantissant l'apprentissage en langue maternelle des matières principales et en maintenant des cours à option relatifs aux épreuves du BAC, indispensable à la poursuite des études universitaires;

• de prévoir tous les crédits nécessaires pour le remplacement des professeurs absents;

• de continuer à offrir toutes les options nécessaires en 6ème et 7ème secondaires car les réductions budgétaires actuelles aboutissent à supprimer les matières scientifiques et le choix de la troisième langue;

• de garder les moyens nécessaires au soutien et à l’intégration des enfants à besoin particuliers;

• d'aider les enfants en difficulté d'apprentissage en rétablissant les crédits nécessaires, afin de diminuer l'échec scolaire actuellement élevé.

A la Commission européenne

• de remplir son rôle auprès des États membres en veillant à l’exécution des obligations qui leur incombent aux termes de la Convention des écoles européennes; notamment en fournissant les enseignants détachés et les infrastructures;

• de revoir sa décision quant au budget 2012 de telle sorte que la contribution communautaire par élève ne soit pas diminuée par rapport au budget 2011;

• de veiller à ce que, en cas de réduction budgétaire, les dépenses administratives du système des écoles européennes soient réduites au lieu de réduire les dépenses pédagogiques des écoles;

• De préciser quelle est la part du prélèvement spécial sur les salaires qui a servi à financer les écoles européennes depuis 2004, conformément à l'intention du législateur.

Au Parlement et au Conseil

• de donner les moyens et les garanties budgétaires suffisants pour le bon fonctionnement des Ecoles;

• de reconnaître le bien-fondé d'une infrastructure scolaire qui soutient la mobilité géographique du personnel des Institutions et qui sauvegarde le multilinguisme.

Au Conseil Supérieur des écoles européennes

• de ne pas adopter, lors de sa réunion du 12 au 14 avril, des décisions qui viseraient à résoudre une impasse budgétaire temporaire en imposant des mesures inflexibles et permanentes qui empièteraient sur les besoins pédagogiques essentiels des élèves;

• d’effectuer, avant toute mise en œuvre, une étude d’impact sur les conséquences concrètes des mesures de réduction proposées au budget général des écoles européennes.

Au Secrétaire général des écoles européennes

• de demander que le budget 2011 des écoles européennes soit rectifié pour compenser la charge financière salariale extraordinaire découlant du récent arrêt de la Cour de justice, qui constitue une «circonstance inévitable» aux termes de l’article 15 du règlement financier des écoles européennes, de sorte que cette circonstance n’affecte pas les aspects didactiques et pédagogiques.

Plus d'information après la manifestation

Facebook : Budgetary cuts to European schools    Active students Luxembourg

Pourquoi les parents sont en colère et refusent les coupes budgétaires    (note de l'APEEE Ixelles)

Budget 2012 des EE (réponses aux thèses de la DG HR)

LETTRE DE PROTESTATION DU CDP INTER-ÉE AUX MEMBRES DU CONSEIL SUPÉRIEUR DES ÉCOLES EUROPÉENNES

Lettre de la TAO-AFI au Pdt Barroso

Lettre du CLP d'Ispra à M. ŠEFČOVIČ

Position du CoSup (anciens élèves)

Synthèse du CLP de Luxembourg : Bilan de la manifestation du 12/4 contre les coupures budgétaires des EE

Dans le cadre de la lutte contre la coupe conséquente du budget des Écoles européennes, des grandes manifestations ont eu lieu le 12/4. A cette occasion, nous aimerons remercier tous les manifestants et signataires de pétitions pour leur soutien actif, et tirer un premier bilan comme suit:

bullet

A Lxb, la participation a été très bonne avec plus de 1.000 manifestants – un grand événement qui a bien attiré l'attention du public. Nous regrettons fortement toutes les démarches entreprises par la Direction de l'EE pour limiter par tout obstacle imaginable la participation des chargés de cours et des étudiants à la manifestation qui a été quand même un grand succès !

bullet

A Bxl, environ 3.000 manifestants ont participé. D'autres actions de lutte sociale ont eu lieu à Alicante, Bergen, Culham, Frankfurt, Karlsruhe, Mol, Munich et Varese.

bullet

A peu près toute la presse locale - à Lxb comme à Bxl - s'est présentée, afin de prendre des vidéos, photos et interviews (voir leurs nombreuses publications imprimées et électroniques).

bullet

A Bxl, la manifestation s'est déroulée devant le bâtiment où le Conseil Supérieur des EE s'est réuni, puis devant le BERL où les manifestants ont été reçus par le Vice-président de la Commission M. Šefčovič. Une première communication du VP M. Šefčovič au personnel a été diffusée encore le jour même de la manifestation.

bullet

A Bxl, une délégation a été reçue au PE par la Présidente de la Commission "Pétitions", Mme Mazzoni, à qui les différentes signatures de diverses pétitions ont été remises. Un article a été inséré dans le courrier interne du PE. Au total, environ 10.000 signatures de diverses pétitions relatives au sujet ont été rendues au PE ou au Président de la COM.

bullet

Une Question Parlementaire sur le "prélèvement spécial" (cf. article 66bis du Statut) a été posée à la Commission.

bullet

Le 18/4, une délégation du comité du personnel sera reçue par le Président du PE, M. Jerzy Buzek.

bullet

Le MEP Jean-Marie Cavada a été chargé d'un rapport sur les Écoles européennes. Ce rapport sera discuté avec la RP lors de l'assemblée plénière du PE en mai, et prévisiblement adopté lors de l'assemblée plénière du PE en juillet 2011.

bullet

Finalement, nous sommes tout contents qu'aucun accident ni incident ne soit arrivé, malgré le déroulement animé et agité de la manifestation.

bullet

"Last but not least", nous sommes tout contents du parfait rapprochement entre Institutions, parents/élèves/collègues et représentants du personnel au niveau statutaire aussi bien que syndical !

 

Pour des écoles européennes ouvertes à la société européenne

in The Link n°12

Plus de 5000 parents et jeunes ont manifesté dans toute l'Europe le 12 avril dernier, à l'occasion de la tenue de la réunion du Conseil Supérieur des écoles européennes, pour préserver la valeur ajoutée de l'originalité pédagogique des écoles européennes, menacée par les coupes budgétaires imposées par les Etats membres.

Les écoles connaissent en effet des graves difficultés. Elles ne peuvent accueillir que la moitié des enfants des familles des agents des institutions communautaires, elles rejettent les enfants d'autres organisations internationales ainsi que les enfants d'autres familles, se privant ainsi de la valeur ajoutée de la diversité, de sources de financement additionnels, voire d'une population scolaire locale sans laquelle bon nombre d'écoles européennes du CCR ne pourraient pas fonctionner.

Si le succès de la manifestation organisée par l'ensemble des APEEE, des Comités du personnel des institutions communautaires et des organisations syndicales a pu empêcher l'aggravation des politiques restrictives en matière de financement, en revanche, il n'a pas été possible de rétablir les augmentations budgétaires nécessaires permettant un fonctionnement normal de ces écoles.

En effet, le Conseil Supérieur a décidé, avec le soutien de la Commission, d'un budget pour 2011 et 2012 en régression en volume malgré la venue d'un millier d'enfants additionnels et l'ouverture à la rentrée scolaire de deux nouvelles écoles à Bruxelles et à Luxembourg. Nos écoles vont donc continuer à connaître des temps difficiles.

Les premières leçons et nos perspectives?

Il faut souligner tout d'abord l'acquis représenté par l'unité d'action de tous les acteurs concernés (parents, élèves, jeunes et leurs organisations), acquis qui doit être davantage étendu en direction des personnels administratifs et pédagogiques lors des prochaines mobilisations.

Il faut aussi tenir compte, pour la dénoncer, de la nouvelle attitude des autorités communautaires et des directions d'écoles: alors que par le passé ces autorités gardaient une attitude neutre, quand elle n'était pas bienveillante, face aux mobilisation des usagers des écoles, aujourd'hui, Conseil supérieur, directions d'écoles, Collège, Conseil, essayent d'empêcher la mobilisation avant sa tenue, la combattent par des méthodes de désinformation qui ne font pas leur honneur. Il s'agit d'une position nouvelle qui représente une rupture significative par rapport à l'esprit communautaire qui prévalait dans un passé récent.

La Commission a par ailleurs modifié la nature de sa contribution budgétaire: légalement, le financement communautaire constitue un financement d'équilibre; aujourd'hui la Commission fournit un montant fixe sans se soucier des besoins réels et de la procédure budgétaire dans les conseils d'administration des écoles.

Enfin, les fonctionnaires européens doivent se poser la question de leur cohésion et de leur esprit de corps. Nous sommes à un moment difficile de la construction européenne, les différents responsables cherchent à diviser pour régner, souvent pour cacher le résultat de mauvaises politiques en matière de gestion de ressources humaines. Si le personnel n'accentue pas sa solidarité, sa cohésion et sa capacité de mobilisation, des jours bien difficiles s'annoncent.

C'est contre de tels dangers que se concentre l'essentiel de l'action de U4U agissant en faveur de l'unité du personnel, de ses différentes catégories et de la défense de la fonction publique européenne.

Comment continuer l'action en faveur des écoles européennes ?

Il faut faire le constat de l'échec total du mode de gouvernance actuel. La réforme de 2009 n'a pas réussi à trouver un mode de financement équilibré, la situation se dégradant encore plus puisque les parties à la Convention ne se soucient même plus d'en respecter la légalité. Sur les deux autres aspects de cette réforme (ouverture du système et autonomie des écoles), le bilan n'est pas plus enthousiasmant.

Il faut donc refonder les écoles européennes en réunissant tous les acteurs dans une Convention. Les parents doivent retrouver un pouvoir de décision réel, eux qui sont à l'origine du système, qui en sont les usagers et in fine les vrais contributeurs financiers.

Nous appelons à une remise à plat du système, qui tienne compte des acquis pédagogiques des écoles, mais qui le libère des mécanismes bureaucratiques incroyablement complexes et inefficaces qui maintenant concourent à son étouffement.

Budgetary cuts to European schools

NOTE FOR THE ATTENTION OF PRESIDENT BARROSO

Subject: budgetary cuts to European schools

Dear President,

The Local Staff Committee and the Parents Associations of the European schools in Brussels are very concerned about the announced budgetary cuts for 2011 and 2012.

The European Schools will receive a budget of €164 million from the European Commission for this financial year, with no increase at all for 2012. This represents a cut of €7 million over the amount budgeted for 2011 and a cut of €17 million for 2012.

Furthermore the European Commission is currently insisting that in addition to absorbing these cuts, the schools also pick up in 2011 the unbudgeted cost of the recent European Court ruling, granting European Commission employees (i.e. teaching and other staff employed at the schools) fully indexed staff salary increases, backdated to 2009.

For large schools such as Woluwe, Ixelles or Uccle this means having to find savings of around €2 million in both 2011 and 2012 out of running costs of circa €34 million, which are mostly fixed with little room for flexibility. The situation is not easier for the fourth school where higher additional costs will be generated by moving from Berkendael to Laeken in mid-2012,

For 2011 the expenses have already been committed based upon the original budget approved by the Board of Governors in April 2010. These expenses cannot now be undone as they almost entirely relate to the class and subject structure in place for the school 2010/2011; pupils cannot have their courses cancelled mid-way through the year.

We understand that schools cannot be immune from belt tightening in the current adverse economic environment and share the need to explore the scope for a more efficient use of resources. However cuts of this magnitude will affect core educational choices and endanger the future of our children.

We would like to stress that around 91% of all costs in the schools are related to teaching staff. Therefore the only realistic way that significant cuts can be achieved is by reducing the amount spent on teachers, which must inevitably result in fewer courses on offer or fewer courses in the mother tongue of the pupils.

The Local Staff Committee and the parents associations support the need to explore whether there is scope for greater efficiencies by combining groups and sharing resources better, but cutting alone will not close such a large funding gap.

The schools have transparent budgets without hidden reserves or spending programmes that can be delayed or adjusted to cover these short falls. Therefore the full impact of these cuts will fall on the quality of education and the associated expenses such as Special Educational Needs and safety and security; as nowhere else this money can be found.

Local Staff Committee and the parents associations strongly disagree with the size of cuts the Commission and Member States are demanding, and ask the amounts to be revised:

In particular, we would like to focus our concerns on the following points:

• First and foremost, the European Schools should not be asked to absorb the back dated cost of the teachers salary indexation as per the recent court ruling. This cost should have been provisioned for in the budgets for 2010 and 2011 by the European Commission, which is controlling the exactness of the budgets. The Commissions' failure to do so is demonstrably poor financial management, and has already been criticised by the European Audit Office). Elsewhere the Commission has provisioned for these costs. The parents put into question the way these amounts have been budgeted and the process of adoption of those budgets by the Budgetary Authorities; they also question the discrepancy between the way the Commission dealt with this issue for its own administrative budget and for the budget of the schools, and ask the Budgetary Authorities to find another solution.

• Second, core educational subjects, such the sciences and other BAC related subjects and L2 in all vehicular languages, must not be touched, because this directly affects the chances of our children for further education. We strongly oppose any cuts to the core curriculum or extensions to teaching core subjects by non-native speakers or in non-native languages. This strikes deep into the quality of as well as into the very “raison d’être” of the European schools. Already we see BAC results for the larger schools trailing; this trend must not be re-enforced through these cuts. Efficiency savings should be directed at non-BAC related subjects, but not the core curriculum.

• Third, cuts must not affect the replacement of teachers. Already the children in the big schools receive less than the stipulated 180 days of education. This will be compounded by the loss of hours due to illness and other teacher absences if the budget does not allow for appropriate replacement. We also would like to you’re your attention on the way the budgeted amount for teacher replacement is set up, which is not based on the reality neither on the needs, as this budget is regularly exhausted before mid of the budgetary year. This demonstrates once more a lack of seriousness by the Commission in its role towards the Budgetary Authorities as far as the budget of the European schools is concerned.

• Fourth, cuts must not affect the maintenance of basic infrastructure for providing core services such as canteen, transport, periscolaire, nor safety and security measures which are the responsibility of the School system.

We are confident that you will not allow the short termist actions of the Member states themselves to be the first to undermine the principle that the future of Europe as a knowledge economy is predicated on high quality education.

Yours faithfully

Local Staff Committee Brussels

APEEE I APEEE II APEEE III APEEE IV

Réponse de l'administration

[Top]

 

Page mise à jour le 27 décembre 2014